Architectes japonais contemporains

L'Architecture

L'architecture contemporaine japonaise est très vivante.
Elle sait allier tradition et modernité. Tous les matériaux sont présents, bois, bambou mais aussi béton acier verre. La technique est très présente mais en général, elle sait se faire discréte.
Le respect des éléments fondamentaux, l'air, la lumière, l'eau reste présent.
Même quand l'espace manque et qu'il faut s'élever très haut dans le ciel, cette montée tente de ne pas être trop brutale.

Comme souvent dans la culture et la société japonaise, l'arrivée des technologies modernes apporta une nouvelle impulsion à l'architecture de l'archipel. La nécessité de reconstruire le Japon après la Seconde Guerre mondiale donna une forte impulsion à l'architecture japonaise, plaçant ainsi les constructions contemporaines japonaises parmi les plus impressionantes en terme de technologie et de conception formelle.

Avec l'arrivée des techniques de construction occidentales, des nouveaux matériaux, et l'introduction du modèle Meiji au Japon, de nouvelles structures en béton et en acier furent établies contrastant fortement avec les modèles architecturaux traditionnels. Le Japon joua un rôle moteur dans la conception des gratte-ciel modernes, du fait de sa connaissance parfaite du principe du porte-à-faux qui permet de soutenir de lourdes charges comme les toits lourds des temples. Frank Lloyd Wright fut fortement influencé par les arrangements spatiaux de l'architecture japonaise et sa façon d'interpénétrer les espaces intérieur et extérieur en créant des ouvertures dans les murs à l'aide de portes coulissantes.

Le réaménagement de l'espace urbain rendu nécessaire suite à la dévastation laissée à la fin de la Seconde Guerre mondiale produisit des architectes majeurs tels que Kunio Maekawa et Kenzo Tange. Kunio Maekawa, en tant que disciple de l'architecte mondialement connu, Le Corbusier, engendra des constructions fonctionelles et modernes dans un style totalement international. Kenzo Tange, qui travailla d'abord pour Kunio Maekawa, employa le principe du porte-à-faux dans un système de piliers et de poutres hérités des anciens palais impériaux.

Fumihiko Maki avança de nouvelles idées d'urbanisation avec ses idées basées sur le principe du « cocooning » autour d'un espace intérieur (oku), un concept spatial japonais adapté aux besoins urbains. Il préconisa également l'usage d'espaces ouverts (ma), se reflétant ainsi à l'esthétique japonais hérité des idées bouddhistes.

Plusieurs groupes expérimentaux d'avant-garde, durant les années 80, réexaminèrent les formes géométriques du modernisme en introduisant des concepts métaphysiques, produisant quelques effets surprenants. Par contraste avec les innovations de ces avant-gardistes et leur modernisme à la structure rigide, le minimalisme poétique et expérimental de Tadao Ando incarna le postmodernisme: une approche plus équilibrée et humaniste de l'architecture.

Les architectes japonais furent reconnus comme n'étant pas seulement d'habiles praticiens du modernisme mais aussi comme des enrichisseurs du postmodernisme avec des innovations dans la perception de l'espace, une sensibilité à l'environnement extérieur, une utilisation peu commune des matériaux industriels, et une conscience développée des problèmes écologiques et topographiques.

Prix Pritzker

Le prix Pritzker d'architecture est un prix d'architecture annuel décerné par un jury indépendant depuis 1979, il est considéré comme le « prix Nobel de l'architecture ». Reconnaissant l'extrême qualité des architectes japonais, le jury a décerné 6 fois le prix (soit environ 1 fois sur 5) à des Japonais:

Les architectes

Kenzo Tange (丹下 健三)

Kenzo Tange est né à Imabari, dans la préfecture d'Ehime, île de Shikoku, le 4 septembre 1913.
En 1949, il remporte le concours pour le Parc de la Paix et le musée de la bombe atomique, qu'il construit au centre de la ville reconstruite d'Hiroshima.
Son style est axé sur des bâtiments épurés, en béton le plus souvent brut.
Ce béton est le matériau moderne incontournable au Japon, où la fréquence des tremblements de terre rend difficile l'emploi de l'acier et du verre.
Il disparait le 22 mars 2005.

Fumihiko Maki (槇 文彦)

Fumihiko Maki est né à Tokyo le 6 septembre 1928.
Fumihiko Maki sait inventer son style propre, résolument moderne, mais respectueux des pulsions naturelles et des singularités de la culture japonaise.
Concrètement son architecture est faite de béton, de métal et de verre, mais il sait aussi intégrer la mosaïque, l'aluminium anodisé et le bois dans les aménagements intérieurs.

Arata Isozaki ( 新 磯崎 )

Arata Isozaki est né à Oita en 1931.
Éléve de Kenzo Tange . Il est connu pour avoir réalisé le stade olympique de Barcelone et le musée d'art contemporain de Los Angeles.

Kisho Kurokawa ( 紀章 黒川 )

né à Nagoya en 1934
Éléve de Kenzo Tange . Il est connu pour avoir réalisé le théâtre national Bunraku à Tokyo, le centre de Congrès d'Osaka, etc...
Une exposition lui est consacrée en 1987 au centre Georges Pompidou


Kisho Kurokawa:
musée des dinosaures de Fukui (2000)

Takahiko Yanagisawa ( 柳澤 孝彦)

Né à Nagano en 1935, son style épuré lui a permis de se spécialiser dans les musées et les lieux artistiques

Hiroshi Hara ( 原広 司 )

Hiroshi Hara est né à Kanazawa en 1936
Diplomé en 1964 à Tôkyô, professeur en 1969
Adopte des lignes très pures et élancées. A réalisé en particulier la grande gare de Kyoto

Gare de Kyoto (1997)

Yoshio Taniguchi ( 吉生 谷口 )

Yoshio Taniguchi est né à Tokyo en 1937.
De 1964 à 1972, il exerce au sein du cabinet de Kenzo Tange et y complète son apprentissage.
En décembre 1997, le MoMA (Museum of Modern Art de New-York) lance un concours pour une réfection et un agrandissement du musée. Parmi 10 projets présélectionnés, la direction du musée choisit Yoshio Taniguchi. C'est sa première réalisation importante en dehors du Japon.

Toyo Ito ( 豊雄 伊東 )


Toyo Ito est né à Séoul de parents japonais en 1941.
Diplômé en architecture de l'Université de Tokyo en 1965
En mettant les techniques les plus novatrices au service de lignes architecturales épurées, Toyo Ito réussit à créer une impression de légèreté et de progrès mais aussi de fragilité et d'évolution.


Sendaï médiatheque (2001)

Tadao Ando ( 忠 雄 安藤 )

Tadao Ando est né à Osaka le 13 septembre 1941.
L'architecture de Ando est à une synthèse de la spiritualité japonaise, de la modernité des techniques de construction et de l'utilisation de matériaux innovants.
Son architecture reste toujours à l'échelle des hommes qui vont y vivre et reste plus tourné sur les espaces intérieurs que sur l'aspect extérieur. Il utilise et se fond dans le paysage plutôt que de vouloir le transformer. Sensible à l'esprit des lieux, il privilégie les matériaux locaux, qui ont une histoire et sont rattachés au lieu où il bâtit.

Itsuko Hasegawa ( 長谷川 逸子 )

Itsuko Hasegawa, une architecte japonaise née en 1941 à Shizuoka.
Elle a suivi des études d'architecture à l'université Kanto Gakuin (1964), formée par Kiyonori Kikutake jusqu'en 1969, puis elle étudia et travailla à l'Institut de technologie de Tokyo.
De 1971 à 1979, elle travaille dans le cabinet d'architecture de Kazuo Shinohara.
En 1979, elle crée son propre cabinet d'architecture, Itsuko Hasegawa Atelier, dont plusieurs réalisations ont été récompensées au Japon et à l'étranger.

Hasegawa vit et travaille à Tokyo.

Makoto Sei Watanabe ( 渡辺 誠 著 )

Makoto Sei Watanabe né en 1952 à Tokyo

Makoto Sei Watanabe est diplomé d'Architecture à l'Université de Tokyo en 1974.
Il fonde en 1984 son agence, développant une architecture paradoxale, entre équilibre et instabilité, exploitant l’idée d’une productibilité intrinsèque du chaos.
Le père de Watanabe étant biologiste, il s'inspire fortement des structures naturelles comme des fourmillières géantes ou des réseaux de neurones. Il est aussi féru de technologies modernes, en particulier dans le domaine de la simulation de programmes d'urbanisme sur ordinateur.

Kengo Kuma ( 隈 研吾 )

Kengo Kuma est né dans la préfecture de Kanagawa en 1954
Son œuvre se présente avant tout comme une critique des académismes, des formalismes et de toute complaisance au style et à la mode. Il réalise une synthèse orient et occident, invention et tradition, son architecture ne souhaite pas produire d'objet mais donner un sens à la construction et la fondre le plus possible dans son environnement.

Kazuyo Sejima (和世 妹島)

Kazuyo Sejima est née en 1956 dans la préfecture d'Ibaraki.
Diplômée en 1981, elle intègre la même l'année l'agence de l'architecte japonais Toyo Ito avec lequel elle travaillera jusqu'en 1987, date à laquelle elle fonde son agence: Kazuyo Sejima & Associates.
En 1995 elle fonde avec Ryûe Nishizawa (西沢 立衛), l'agence d'architecture SANAA.


Musée de Kanazawa: Maquette 1999

Shigeru Ban ( 茂 坂 )

Shigeru Ban est né à Tokyo en 1957.
Il fonde son cabinet en 1985.
Il se fait connaitre par son architecture très légère, comme cette Église de papier de Kobe, réalisée en quelques mois après le séisme, ainsi que des maisons provisoires dans la zone dévastée.
Il utilise des tubes creux de papier recyclé et comprimé.
Il est conseiller pour le Haut Comissariat de l'ONU pour les réfugiés


Paper Church, Kobe (1995)

L'Atelier Bow Wow

L'Atelier Bow-Wow, basé à Tokyo a été fondé en 1992, par les architectes Yoshiharu Tsukamotoe né en 1965 à Kanagawa et Momoyo Kaijima, née en 1969 à Tokyo.

L'Atelier Bow-Wow est l’une des pratiques les plus avant-gardistes de sa génération, dans la lignée d'une architecture japonaise revitalisée dans les années 1990. Cette pratique dynamique et optimiste crée un style particulier et propre à elle. Pour cela, l’Atelier Bow-Wow plonge dans un imaginaire urbain qui fait la part belle à la complexité, à l'accidentel, en utilisant leur recherche à faire la chronique de l'impitoyable logique de la ville. Agissant en tant que détectives urbains, l’Atelier Bow-Wow a comprit l'agilité du tissu de la mégalopole de Tokyo pour produire un programme radical.


Maison à Izu (2004)

et aussi...

Kazuo Shinohara ; Yokohama
page d'accueil voyage au Japon . .Recherchez sur ce site .... Art contemporain japonais, pour me joindre