SANAA :
    kazuyo sejima + ryue nishizawa


L'architecture contemporaine japonaise est très vivante.
Elle sait allier tradition et modernité. Tous les matériaux sont présents, bois, bambou mais aussi béton acier verre. La technique est très présente mais en général, elle sait se faire discrète. Le respect des éléments fondamentaux, l'air, la lumière, l'eau reste présent.
L'agence SANAA est emblématique de cette nouvelle architecture japonaise.

En 2005, ils reçoivent le Prix international Rolf Schock pour les arts visuels

En mars 2010, Kazuyo Sejima et Ryue Nishizawa reçoivent conjointement le prestigieux Prix Pritzker, la plus haute récompense mondiale en architecture

Kazuyo Sejima (和世 妹島)

Kazuyo Sejima est née en 1956 dans la préfecture d'Ibaraki.
Diplômée en 1981, elle intègre la même l'année l'agence de l'architecte japonais Toyo Ito avec lequel elle travaillera jusqu'en 1987, date à laquelle elle fonde son agence: Kazuyo Sejima & Associates.
Sa carrière d’architecte a débuté avec les maisons Platform I, II (1988, 1990), c’est en 1991 que son architecture, graphique et épurée, s’impose durablement avec le projet de grande ampleur Saishunkan Seiyaku Women’s Dormitory.

En 1994, le succès du 21st Century Museum of Contemporary Art à Kanazawa, salué notamment pour ses qualités d’accessibilité et l’intégration originale du bâtiment au parc, lui apporte la reconnaissance internationale.

En 1995 elle fonde avec Ryue Nishizawa, l'agence d'architecture SANAA.


 

Ryue Nishizawa ( 立衛 西沢 )

Ryue Nishizawa est né en 1966 dans la préfecture de Kanagawa.
Il est diplômé en 1990 de l'Université nationale d'architecture de Yokohama.
Il cofonde en 1995 l'agence d'architecture SANAA.
Sa première réalisation en tant qu’architecte indépendant intervient en 1998 ; il s’agit d’une résidence de vacances (Weekendhouse) située sur un lotissement isolé dans la station estivale de Karuizawa.
Ryue Nishizawa a également conçu la Moriyama House (2005), un projet complexe, non seulement du fait de son implantation, au coeur de la capitale, sur un terrain bordé d’immeubles d’appartements, mais aussi par un cahier des charges imposant la cohabitation de plusieurs familles.
Sa méthode, également mise à l’épreuve dans ce projet, se veut minutieuse et logique, comme en témoigne le traitement spécifique des ouvertures ou l’attribution d’une hiérarchie aux espaces extérieurs.

Au sein de SANAA, Ryue Nishizawa se consacre quasi exclusivement aux concours internationaux ainsi qu’à la réalisation d’édifices publics, comme le récent 21st Century Museum of Contemporary Art Kanazawa.

Il enseigne aujourd’hui comme Professeur adjoint à l’Université Nationale de Yokohama.

L'agence SANAA porte une attention particulière aux espaces incitant la communication entre les utilisateurs.
Elle développe une architecture très pure, ascétique, en accordant un grand soin du détail et qui se veut être une réinterprétation japonaise de la modernité.

Les principales réalisations du Cabinet SANAA

 

Le cabinet SANAA travaille aussi dans le Design



2003-2005: Civic center Onishi, préfecture de Gumma


Gifu Kitagata


École de Design de Zollverein (Essen, Allemagne)

O Museum Iiga, Nagano

Débuté en 1995, il a été achevé en 1999

Le musée d'Art Contemporain de Kanazawa

La construction du musée d'art contemporain de Kanazawa, appelé Musée du 21ème siècle a été décidée en 1999. Le concours de conception a été remporté par SANAA en 2000.

La réalisation a été achevée en 2004. Le plan, rigoureux est formé de parallélépipèdes inscrits dans un vaste cercle de parois vitrées.


Les boutiques Christian Dior à Tokyo

Le Cabinet SANAA a réalisé deux magasins Dior à Tokyo , situés dans les deux centres prestigieux, Ginza et Omotesando.
La construction s'est étalée de 2001 à 2003.

Ces deux magasins se distinguent par la légèreté de leur décoration, la semi-transparence de verre et d'aluminium de leur structure extérieure.

 

 

La boutique de Ginza

La boutique d'Omotesando

Extension du Musée d'art Moderne (IVAM), Valence (Espagne)

Projet débuté en 2002, achevé en 2005


Rolex Learning Center à l'EPFL (Lausanne, Suisse)

Le Rolex Learning Center est un bâtiment sur le site de l'École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) à Écublens en Suisse. SANAA est lauréate du concours d'architecture en 2004. Il est ouvert au public le 22 février 2010.
Le bâtiment paysager de 120 par 160 mètres est constitué d'un sol en béton armé formé de deux coques convexes irrégulières comportant plusieurs patios. Un toit épousant la forme du sol, constitué d'une charpente mixte bois et acier, couvre d'un seul tenant l'unique niveau.
Le bâtiment occupe 20 200 m² pour une surface de sol de 37 000 m², sur un étage et un sous-sol de parking. Le Rolex Learning Center est un lieu d'apprentissage, d'information, et de vie. On y trouve ainsi la bibliothèque de l'école, une librairie, la boutique de l'école, un restaurant haut de gamme, les locaux de l'association Générale des Étudiants (AGEPoly) et de l'association des alumnis de l'EPFL (A3-EPFL), une cafétéria, des espaces de détente et des services administratifs. La complexité de ces coques a fourni un important défi aux ingénieurs civils chargés de leur conception.
Les efforts de compression considérables découlant de l'élancement hors normes des coques (un rapport hauteur/portée de l'ordre de 1/135, avec des portées dépassant 80 m et des épaisseurs de 40 à 80 cm6) ainsi que les nombreuses ouvertures créées par les patios ont orienté les concepteurs vers une solution hybride : certains parties travaillent en arcs sous-tendus.
Pour éviter les reprises de bétonnage, chaque coque a été bétonnée en une seule étape : le bétonnage des 4 086 m³ la grande coque a duré 48h. Pour pouvoir être mis en place sur des pentes allant jusqu'à 28 %, le béton comporte 300 g de fibres synthétiques par m³. La toiture est formée d'une structure mixte bois/acier : une structure primaire de profilés en acier supporte une structure secondaire de poutres en bois lamellé-collé ainsi qu'une tôle nervurée de 41 mm. L'ensemble suit la géométrie irrégulière des coques. La structure verticale, quant à elle, est composée de poteaux en acier. Ceux-ci sont bi-encastrés, car quasiment aucun autre système de contreventement n'est prévu pour stabiliser la structure.
L'éclairage est principalement naturel grâce à la lumière qui entre par les patios et les façades extérieures. Certains espaces intérieurs fermés jugés trop sombres ont été modifiés par rapport aux plans initiaux : des ouvertures au niveau du plafond ont été créées afin de laisser passer plus de lumière naturelle. Le chauffage est fourni par des pompes à chaleur au sol. La ventilation est elle aussi complètement naturelle, elle est assurée par des ouvrants automatiques qui s'ouvre autour des patios pour laisser entrer de l'air plus frais du dehors. Certaines zones chaudes du bâtiment présentent des plafonds froids.



Le Louvre-Lens

Le Louvre-Lens est une antenne du musée du Louvre située à Lens. L'inauguration, le 4 décembre 2012, a donné lieu, de 18 h à minuit, à une opération « portes ouvertes » gratuite. L'ouverture officielle au public a eu lieu le 12 décembre 2012. Le musée est un des symboles de la reconversion du bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, il est situé entre des sites inscrits depuis le 30 juin 2012 sur la liste de l'UNESCO. Le millionième visiteur est accueilli le 29 janvier 2014.

Kazuyo Sejima et Ryue Nishizawa ont été désignés le 26 septembre 2005 par la commission permanente du conseil régional Nord-Pas-de-Calais, maître d'ouvrage du bâtiment, pour construire le Louvre-Lens.
Ce musée se déploie sur 20 000 m², dont 5 500 m² destinés à la présentation des œuvres d'art. 3 800 m² sont consacrés à des dépôts de pièces majeures venant du musée parisien. Les expositions temporaires bénéficient de 1 700 m².
L'accueil, les activités pédagogiques, un auditorium, une médiathèque, des réserves (visibles et visitables), des laboratoires et des bureaux se partagent le reste de ce musée du XXIe siècle.

Le site du futur Louvre-Lens est au milieu de la ville, sur un terrain légèrement surélevé. L'agence Sanaa a donc opté pour une structure basse qui s'intègre parfaitement au site sans l'écraser de sa présence. Cinq corps de bâtiments la composent. Ce sont quatre rectangles et un grand carré aux parois légèrement ondulées dont les angles se touchent. Cette composition rappelle le palais du Louvre dont les ailes seraient étirées. Les architectes japonais évoquent aussi des barques sur un fleuve qui seraient venues s'accrocher délicatement entre elles.

Ouvrant sur le site et son parc, le hall d'accueil central est un grand quadrilatère de verre aux façades totalement transparentes et éclairé zénithalement par des puits de lumière. Il sera soutenu par une structure légère s'appuyant sur de délicats piliers. A droite du hall d'accueil, se trouvent les deux principaux bâtiments de présentation des œuvres, qui abriteront des présentations régulièrement renouvelées s'articulant autour d'une « Galerie du temps ». A cette galerie, de plus de 120 m de long, éclairée de façon zénithale, répond à l'extrémité est un bâtiment moins imposant, le « Pavillon de verre », dont les façades entièrement vitrées sont ouvertes sur le parc. Les ateliers pédagogiques s'accrochent pour leur part à la grande galerie en son sud-ouest.

Du hall d'accueil, on accède par un grand escalier à une mezzanine offrant la vue sur les réserves du musée et les espaces de préparation des œuvres, situés un peu plus en contrebas. Le musée expose ses coulisses au public : ce qui est habituellement caché aux visiteurs sera offert à la vue. A ce niveau se situent également un petit auditorium et des salles d'activités et de formation. Les deux principales galeries auront des façades opaques mais bénéficieront d'un éclairage zénithal grâce à des plafonds partiellement vitrés. En fonction de l'ensoleillement, la lumière sera maîtrisée par un dispositif d'occultation en toiture et une membrane intérieure formant le plafond des salles.

Grâce à la transparence et aux reflets des bâtiments mais aussi par un traitement minutieux du parc, le musée s'intégre parfaitement au paysage de l'ancien carreau de mine reconquis par la nature. Aux façades transparentes du hall d'accueil et du « Pavillon de verre », répondent les façades en aluminium anodisé des autres espaces qui reflétent la nature environnante. Ce revêtement joue avec les changements de lumière, de temps et offre aux visiteurs un aspect extérieur toujours changeant, toujours renouvelé.



La Samaritaine, Paris, rénovation totale 2011, 2014

En 2011, SANAA est choisi par Bernard Arnault et la Ville de Paris pour mener le projet de rénovation total de la Samaritaine, fermée depuis 2005.
Le projet comprend une façade révolutionnaire constituée d’une immense vague de verre qui recouvrira l’ensemble du bâtiment sur 25 m de haut.
La Samaritaine conserve un important espace commercial, soit 26 000 m², contre 30 000 m² auparavant, elle comptera en plus 20 000 m² de bureaux, 7000 m² de logements sociaux pour 250 personnes, une crèche de 60 berceaux et un hôtel de 80 chambres « Cheval blanc », groupe hôtelier dont LVMH est propriétaire. Ces activités susciteront la création de près de 2400 nouveaux emplois permanents.
Ce projet ambitieux, tant sur le plan architectural qu’économique, projette la Samaritaine dans le XXIème siècle, attentif à respecter l’identité du patrimoine et à observer les normes de haute qualité environnementale. Ce projet sera le symbole d’une continuité entre l’histoire des parisiens et le monde moderne.

A la suite de différents contentieux juridique, le permis de construire est annulé en 2014. Les travaux ne seront pas terminés avant 2016.

Kazuyo Sejima et Ryue Nishizawa déclarent: "Depuis l’ouverture du premier magasin en 1870, l’architecture de la Samaritaine n’a cessé d’évoluer, notamment sous l’impulsion de deux grands architectes novateurs : Frantz Jourdain et Henri Sauvage. C’est donc avec la volonté de préserver l’identité unique du lieu, en collaboration étroite avec les architectes des bâtiments de France, que le nouveau projet architectural a été conçu. A l’intérieur, nous avons voulu cours et verrières pour créer lumière et continuité ; à l’extérieur, une façade associant légèreté et transparence pour faire écho à l’esthétique rénovée des bâtiments historiques".


Le projet de façade, Rue de Rivoli


Pouf Marumaru

Design

 

Le cabinet SANAA participe, comme de nombreux autres architectes, au mouvement contemporain du Design japonais

  • 2000 : Le pouf Marumaru pour Driade (Italie)
  • 2001 : Flower Chair
  • 2005 : Chaise lapin pour Nextmaruni

 


Chaise Lapin pour Nextmaruni, édition limitée, 2005


page d'accueil voyage au Japon . .Recherchez sur ce site .... Art contemporain japonais, pour me joindre