Kengo Kuma ( 隈 研吾 )

 

(Kanagawa 1954 - )

Kengo Kuma est un célèbre architecte japonais contemporain.

(découvrez d'autres architectes japonais contemporains)

 

Biographie

Kengo Kuma est né dans la préfecture de Kanagawa en 1954
Il suit des études d'architecte et d'ingénieur à l'université de Tokyo. Il obtient son diplôme en 1979.
Pour se perfectionner, il effectue un séjour d'un an comme chercheur à l'université de Columbia (1985-86)
En 1987, il ouvre un cabinet de design et, en 1990, il fonde son cabinet d'architecture, Kengo Kuma & Associates.

En 1998, il devient professeur émérite à la Faculté d' Études Environnementales de la Keio University.

Son site personnel : Kengo Kuma Associates

Son style

Son œuvre se présente avant tout comme une critique des académismes, des formalismes et de toute complaisance au style et à la mode. Il réalise une synthèse orient et occident, invention et tradition, son architecture ne souhaite pas produire d'objet mais donner un sens à la construction et la fondre le plus possible dans son environnement.
Il est dans une recherche élaborée et travaillée entre la nature et le construit. En permanence Kengo Kuma réactualise, sans aucun passéisme, de nombreuses techniques traditionnelles, plus en accord avec l'environnement. Tour à tour, il reprend tantôt la pierre brute, ou le bois ou même un procédé local du Hanchiku (sorte de pisé) et exploite ses qualités techniques (régulation de l'humidité, ventilation naturelle). C'est une technique ancestrale de claustras de bois qu'il emploie pour le projet d'une maison de bain à Gizan Onsen tandis que Great (Bamboo) Wall, opération de logement au creux d'un vallon, est une construction poétique à base de tiges de bambous.

Kengo Kuma se nourrit de ses contradictions: "Je veux effacer l'architecture", écrit Kengo Kuma,"c'est ce que j'ai toujours voulu faire et il est improbable que je change jamais d'avis." Effacer l'architecture, la rendre transparente à elle-même, empêcher tout objet d'apparaître est une problématique récurrente dans son œuvre déjà abondante et multiple. Mais en proclamant ceci, il invente en permanence de nouveaux procédés et de nouveaux objets.


Récompenses:


Principales réalisations:

Observatoire Kiro-San,Yoshiumi , Ochi-gun, préfecture d'Ehime, Shikoku (1994)

Lors de la construction de cet observatoire, dans l'île de Shikoku , Kengo Kuma va mettre radicalement ses principes en application en rendant presque invisible son bâtiment. L'intégration dans la colline est presque parfaite. Seule la vue aérienne permet d'apercevoir l'ensemble du projet.

"Water/Glass", Atami, préfecture de Shizuoka (1995)

Cette villa de verre, qui est une maison d'invité pour une villa voisine plus vaste est située en haut d'une falaise sur la côte Pacifique près d'Atami. Elle est formé de trois pièces de verre reliées par les ponts de verre et atteintes par un escalier de verre, le tout construit avec du verre stratifié pour des raisons de sûreté.
Le plancher du niveau le plus élevé est couvert de 15 cm d'eau, sur laquelle ont été placées trois boîtes en verre. Afin de créer la continuité visuelle entre le plancher du troisième salon et l'Océan Pacifique, le plancher du salon est fait de deux morceaux de verres de sûreté stratifiés ensemble.
Des éclairages sont placés sous le plancher, de sorte que le plancher soit vu comme si il flotte sur l'eau la nuit. Une table et des chaises dans le salon sont faites de verre pour éviter de déranger la vue.

Cette réalisation obtient en 1997 le prix AIA DuPont Benedictus.
Les juges du prix DuPont Benedictus 1997 ont dit : "Nous avons été impressionnés par la situation magique d'une villa construite sur un plancher d'eau... avec la mer au-dessous d'elle... Ceci est parfaitement fait...très simplement exprimée...Nous avons noté une utilisation intéressante de lumière et très simplement exprimée... Nous avons pensé à la vue de la villa de la mer et avons été impressionnés encore."

Le Musée d'Ando Hiroshige à Bato, préfecture de Tochigi (1998-2000)

Ando Hiroshige (1797-1858) est un des maîtres de l'estampe du XIXe siècle japonais, il est connu en particulier pour ses 53 vues du Tôkaïdô, de Edo à Kyoto. Kengo Kuma a créé un musée dont l'architecture est une transposition de l'art du peintre, tout entier engagé dans la représentation des éléments fugaces de la nature, lumière, vent, pluie et brouillard.

Le bâtiment se présente comme une sorte de longue halle surmontée d'une large toiture à deux pans sous laquelle prennent place les salles d'expositions et de conférence, librairie, boutique et restaurant. Une double résille en bois formée de longues lattes de cèdre non jointives constitue la toiture du bâtiment, une trame simple du même bois se développe verticalement en façade. L'aspect de cette résille change en fonction de la lumière, de son intensité et de son orientation. Les parois se transforment, suivant les heures de la journée et les saisons, en écrans opaques réfléchissant la lumière ou en trames transparentes laissant filtrer le regard au-delà du mur. Les grandes surfaces de bois donnent sa forme au volume et servent à son insertion dans le paysage, mais, à petite échelle, les interstices entre les lattes comptent autant que les lattes elles-mêmes. La paroi est en fait conçue comme un diaphragme régulant de façon continue les relations entre intérieur et extérieur, en parfaite continuité avec la tradition architecturale japonaise. Il en résulte un espace mouvant, aux dimensions imprécises, inscrit dans une géométrie moderne parfaitement dessinée. Le principe constructif est en soi très simple : une ossature régulière de poteaux et poutres métalliques supporte des lames de cèdre discontinues.

Musée de pierre (Stone Museum), Nasu , préfecture de Tochigi (2000)

L'objectif de Kuma est de montrer les différents aspects que peut présenter des constructions en pierre.
Il montre le contraste entre les différentes techniques possible.
Les murs de pierres taillées brutes montrent toute leur dureté. Pour créer une impression de douceur et de légèreté, tout en conservant le même granit, il utilise des strates horizontales minces. Il répartit aussi de façon régulière des ouvertures qui par les jeux de lumière, adoucissent l'impression d'ensemble.

Plastic House, Centre de Tokyo (2002)

cette maison a été commandée par un célèbre photographe japonais. Son souhait était de se loger, avec sa femme et un enfant et d'inclure un appartement pour sa mère. Situé au centre de Tokyo, la surface était limitée et il fallait s'appuyer sur les maisons voisines existantes.

Elle est formée de trois étages, appartement de la mère au rez-de-chaussée, une grande pièce à vivre au premier et des chambres au second.
Les murs extérieurs sont formés de fibre de verre translucide, ainsi que les escaliers et les murs intérieurs. Le jour la lumière extérieure pénètre doucement et la nuit, l'éclairage intérieur transforme la maison en luciole géante.
Un petit jardin extérieur est protégé par des lamelles de fibre de verre.

Mur de Bambou - Great (Bamboo) Wall, village SOHO, Badaling, Chine du nord (2001-2003)

Conçu en 2001 et réalisé en 2003, cette réalisation fait partie d'un village expérimental, situé au pied de la Grande Muraille de Chine, à environ 80 km de Pékin.
Destinée aux nouveaux milliardaires chinois et coordonnée par le cabinet SOHO, cette nouvelle cité a fait appel au meilleurs architectes asiatiques actuels. Parmi eux trois japonais avec, en plus de Kuma, Shigeru Ban et Nubuaki Furuya.

La villa de Kengo Kuma utilise le bambou local en jouant sur l'espacement des tiges, leur rythme en équilibrant de façon harmonieuse l'opacité, la lumière et les ombres.

Cette maison remet en valeur un des matériaux les plus simples: le bambou.
C'est un matériau qui, à part la coupe , ne subit aucune autre transformation avant d'être mis en place dans une construction.
Ce qui rejoint le souhait de simplicité et d'effacement de Kuma.

 

 

 

à la page d'accueil voyage au Japon . . . . . . . . . . Recherchez sur ce site

Venez déposer librement vos réactions, vos questions ou vos remarques sur les pages wiki de NezumiDumousseau