Kyûshû (九州) , Ôita et Kumamoto

Les Bouddhas d'Usuki ; Le Mont Aso ; Beppu

Yatsushiro ; Oita

Kagoshima ; Parc naturel de Kirishima

Le volcan Sakurajima ; La Péninsule de Satsuma, Chiran, Ibusuki

Nagasaki la ville ; Nagasaki, le bombardement

Yakushima, île du patrimoine mondial de l'Unesco, au sud de Kyûshû

Présentation de Kyûshû ; Plus de photos

Kyûshû est la plus au sud des grandes îles du Japon et la troisième en surface; Le nom Kyûshû signifie neuf provinces et évoque les anciennes provinces existantes avant la création des préfectures actuelles en 1871.
Kyûshû est le siège d'une intense activité volcanique visible en particulier à Beppu et au Mont Aso.


Préfecture d'Ôita

Ôita

Ôita est le chef -lieu de la préfecture d'Ôita. La ville compte environ 460 000 habitants.
La ville d'Oita a été marquée par l'influence de l'arrivée des navires portugais du 15e siècle, Un certain nombre d'entre eux débarquèrent au Japon par ce port. Les plaques d'égout de la ville portent d'ailleurs une gravure d'un galion.
La ville présente des bâtiments traditionnels, par exemple autour des sources chaudes, mais aussi des exemples brillants d'architecture contemporaine.

Oita Stadium

Ce stade a été achevé en 2001, à l'occasion de la Coupe du Monde de Football 2002.
Il a été conçu par le célèbre architecte contemporain japonais Kisho Kurokawa. Il a pu concrétiser sa théorie architecturale dans cet ouvrage en obtenant la synthèse de ce qu'il appelle "l'architecture de l'ère de la vie". Cet ouvrage, surnommé "The Big Eye", est une architecture changeante grâce à l'emploi d'une technologie de pointe. Mais celle-ci n'est pas affichée mais contribue discrètement à la symbiose entre la nature, les nécessités humaines, l'architecture et l'environnement.
Le besoin d'avoir un terrain de sport bien éclairé et aéré, avec des conditions optimales aussi bien pour les spectateurs que pour les athlètes, a amené à créer une architecture sphérique qui n'est pas seulement l'expression d'un symbolisme abstrait mais représente également la forme idéale pour permettre à la partie mobile de la couverture de glisser délicatement sur la structure fixe.

La couverture du stade peut s'ouvrir et se refermer grâce à un système de coulissement exclusif le long d'un parcours diagonal.
Les deux "paupières" sont recouvertes d'une membrane en Téflon, de façon à ne pas devoir utiliser l'éclairage artificiel durant la journée.
Une fissure pour l'aération naturelle a été prévue entre le toit et les sièges des spectateurs: l'ouverture tout autour de la structure permet d'avoir une vue panoramique suggestive sur les montagnes environnantes et atténue la sensation d'être enfermés à l'intérieur du stade.

Beppu

 

Située dans une vaste baie au Nord-est de Kyûshû, dans la préfecture d'Ôita, Beppu, situé dans une région volcanique au sol poreux, est célèbre pour ses milliers de sources chaudes qui servent à la fois d'attractions, de chauffage urbain et même de moyen de cuisson depuis des siècles.


La chaleur est également utilisée pour entretenir des serres tropicales et même l'élevage de crocodiles.
Les sites touristiques sont les "Enfers bouillants" les Jigoku. Chacun à ses caractéristiques minérales propres, sa couleur et sa température.



Tatsumaki Jigoku
Ce geyser très puissant monte à 20m tous les quarts d'heure
Les crocodiles de Wani Jigoku

Le bleu de Umi Jigoku
Lagon bleu et chaud qui a toujours servi de vaste marmite
La cuisson des œufs y est encore pratiquée

Kamado Jigoku

Cette source est colorée par une argile rouge et prend une teinte rouge-sang. Elle sert à soigner certaines maladies de peau et à teinter les tissus


Chinoïke Jigoku


Les Bouddhas d'Isuku

Près d'Oita se dressent une soixantaine de Bouddhas sculptés dans la roche "Seki Butsu" et répartis en quatre sites très proches.
Leur origine et leur date de réalisation ne sont pas connues avec certitude, mais on estime qu'ils remontent à l'ère Kamakura ( 11ème Siècle)
Malgré quelques fissures, ils ont bien résisté aux tremblements de terre, fréquents dans la région.

Ce site est classé trésor national depuis 1995.


Statue d'Amithabha, site d'Hoki

Dainichi Bouddha de Furusono


Préfecture de Kumamoto

Aso San (阿蘇山 , mont Aso)

Le mont Aso est le plus vaste des volcans du Japon, et l'un des plus actifs. Sa caldeira compte parmi les plus grandes du monde.
Du fait de son accessibilité et de son activité fréquente, il attire aussi bien les chercheurs vulcanologue que les touristes.
Il est situé dans la préfecture de Kumamoto, au centre de l'île et culmine à 1592 mètres au dessus du niveau de la mer.

Parmi tous les cônes volcaniques, les plus grands sont le Naka-dake (1 506 m, le plus actif dans les temps historiques), le Taka-dake (le plus élevé, qui culmine à 1 592 m), le Neko-dake (1 408 m, estimé le plus ancien), le Kishima-dake (1 270 m), le Narao-dake (1 331 m) et le Eboshi-dake (1 337 m). Ce volcan présente sur ses flancs plusieurs sources thermales, comme celles d'Akamisu, d'Aso-Uchinomaki, de Jigoku, de Tarutama et de Yunotani. Le Naka-dake a un cratère d'environ 600 m de diamètre et 160 m de profondeur. Il contient un lac acide de couleur verte, qui se vidange parfois. Ce cratère émet de nombreuses fumerolles.

Le magma produit par le mont Aso a été de type basaltique lors de la création de la caldeira, rhyolitique par la suite. Actuellement, le Naka-dake ne produit plus que des projections volcaniques de type basaltique à andésitique. Les éruptions sont principalement sous forme d’émissions de cendres ou de projections de taille supérieure (scories, bombes), d’explosions stromboliennes (avec ou non des coulées pyroclastiques) ou d'éruptions phréatomagmatiques.

Entre -300 000 et -80 000 ans, la caldeira s'est formé au cours de 4 phases éruptives (nommées Aso 1 à 4). Entre -80 000 et -70 000 ans, la forme actuelle de la caldeira Aso est parachevée. On pense que c'est dans cette période, après la quatrième phase d'effondrement de la caldeira, que se sont formés les principaux cônes.Par la suite, l'ensemble des cônes volcaniques a connu plus de 160 éruptions depuis l'année 533 ap. J.-C, date de la première éruption volcanique documentée au Japon.

Le Mont Aso est une zone accessible et touristique (route à péage, téléphérique, zones thermales...). Ceci fait de lui un volcan assez dangereux car il accueille de nombreux visiteurs qui, parfois, sont blessés, voire tués par des émanations gazeuses sulfurées ou des retombées de projections (bombes, blocs). Depuis les années 1990, des bunkers en béton ont été installés aux alentours du cratère pour permettre aux personnes de se mettre à l'abri des projections en cas d'éruptions. Mais comme cela ne suffisait pas (7 morts et 70 blessés par intoxication aux gaz sulfureux en 1997), l'accès est interdit au public en cas d'éruption jusqu'à 1 km du cratère.


Cratère de Nakadake, le plus actif de la caldeira du Mont Aso

Le Musée municipal de Yatsushiro

Yatsushiro constitue une localité industrielle importante du Japon. Ce musée est l'un des premiers projets importants développés dans le cadre du programme Art Polis lancé par la préfecture de Kumamoto pour faire de cette préfecture un éminent centre de la culture et de l'architecture
Depuis la période Edo (1616-1867), la ville de Yatsushiro fut un centre urbain important et jouit d'un important héritage culturel.
Ce musée fut construit, en 1991, par le célébre architecte Toyo Ito, pour rassembler dans un même lieu d'exposition les nombreux objets d'art que possédait la ville.

 

retour à la page d'accueil voyage au Japon