Kobe ( 神戸 )

Le grand séisme du 17 janvier 1995

Le quartier européen Kita-no-cho

Le quartier chinois

Kobe moderne et reconstruit

Tadao Ando à Kobe


Kobe ( ou Kobé , en transcription Hepburn: Kōbe) est située dans la région du Kansai, légèrement à l'ouest du centre de l'île Honshu.
Avec une situation privilégiée, Kobe joue un rôle majeur, avec Osaka et Kyoto, dans l'économie de l'ouest du Japon. La ville est divisée en gros en deux parties par les montagnes Rokko : la partie sud donnant sur la baie d'Osaka est fort urbanisée et l'autre partie, l'ouest et le nord, est aménagée pour constituer des nouveaux quartiers d'envergure qui entretiennent l'harmonie avec sa nature environnante.
Le cœur de la ville forme une bande qui s'étend sur 30 km d'est en ouest et 2 à 4 km du nord au sud. Il couvre 30 % de la superficie de la ville et abrite 60 % de la population. La partie urbanisée est constituée de trois zones : la zone portuaire et industrielle située sur le littoral, la zone résidentielle située à flanc des montagnes et la zone à la fois commerciale et résidentielle située entre les deux précédentes. La ville, qui donne sur la mer et les montagnes, bénéficie d'un climat tempéré avec une température moyenne de 17°C .

La ville possède l'un des plus grands ports du Japon. Elle compte plus de 1,5 millions d'habitants à la fin 2005.

Le 17 janvier 1995, Kobe subit un tremblement de terre, qui fit plus de 5 000 victimes, 300 000 sans logis et détruisit une grande partie de la ville et du port.

Kobe est aussi connue pour son quartier européen et sa viande de bœuf de grande qualité. La ville est, comme Yokohama et Nagasaki, une des premières villes japonaises à avoir subi l'influence européenne. Dans ces trois cas ce quartier européen est situé sur une colline et se double d'un quartier chinois dans la ville basse.

Plus de photos dans la galerie


Le quartier européen Kita-no-cho

Sur le plateau situé immédiatement au nord du centre-ville de Kobe, se trouve le quartier Kitano où, dans la dernière moitié du XIXe siècle, des étranger ont fait construire leur résidence dans le style de leur propre pays en souvenir de leur patrie lointaine. Ces habitations sont connues sous le nom de «Ijinkan» ou maison étrangère, et sont maintenant classées constructions traditionnelles importantes à préserver.

Une partie d'entre elles, devenues des musées, sont ouvertes au public. Aujourd'hui, ce quartier, à l'ambiance exotique, abrite également des boutiques élégantes et toutes sortes de restaurants. Il participe au charme de Kobe.


Le quartier chinois

Les étrangers sont plus de 45 000 à Kobe et une majorité d'entre eux sont chinois et coréens.

retour à la page d'accueil voyage au Japon . . . me joindre