Recent Changes - Search:

Liens (edit)

Articles généraux

Les questions - réponses

Le site

Développé grâce à pmwiki.org

Les films cités dans ''La femme d'à coté''

Question de Bertrand

Bonjour. Dans le film "La femme d'à coté", la femme de Depardieu revient du cinéma et parle du film qu'elle vient de voir. Elle explique qu'un homme psychotique s'est suicidé et a maquillé son suicide en crime pour faire accuser son ami dont il est jaloux. J'aimerais savoir de quel film il s'agit et qui en est le réalisateur. Merci beaucoup.

Réponse de la BM de Lyon:

Dans l'Avant Scène Cinéma N°389 de Février 1990 consacré au film de François Truffaut, se trouve le dialogue suivant entre Arlette, Roland et Madame Jouve :

  • A : Eh oui! On est d'abord allés au cinéma...
  • R : Ah bon? Qu'est ce que vous avez vu?
  • A : On a vu "Le mort qui marche"... c'est une histoire de crime...
  • M J : Attendez, je crois que je l'ai vu...
  • B : ...enfin, c'est l'histoire d'un mari jaloux qui soupconne sa femme...
  • A : Oh, il la soupconne a tort... parce que c'est un ange de pureté...

Le seul film trouvé ayant ce titre est un film de Michael Curtiz de 1936, mais le résumé du film ne semble pas correspondre à ce qui est indiqué.

Dans François Truffaut, le cinéphile passionné, il est indiqué : "Et bizarrement, la deuxième citation d'un film, au cours d'un repas au restaurant entre Bernard, sa femme, Odile Jouve et son ami éditeur qui évoquent le film "Le mort qui marche", n'a carrément rien à voir avec le film de Michael Curtiz."

L'autre film cité dans le film de François Truffaut, au sujet de la prothèse, est L'inconnu de Tod Browning.

Réponse de Nezumi

Pour la question sur "La femme d'à côté" , je n'en sais pas plus que la réponse faite par la bibliothèque muniicipale de Lyon, c'est à dire que le seul point commun entre "L'homme qui marche" et l'histoire , c'est qu'un innocent est condamné à la place d'un autre.

Je pense que "l'erreur" de Truffaut est volontaire et sert à illustrer le trouble provoqué par la jalousie, mais peut-être que j'ai tout faux.

La référence à "l'homme qui marche" peut aussi illustrer la notion de deuxième chance, puisqu'il revit après son exécution, mais comme dans le film, cette deuxième chance n'est pas une réussite

Relance de Bertrand

Vos explications me conviennent. Je n'imagine pas Aurel, Schiffman et Truffaut commetre une telle erreur. Il n'empêche que le mystère demeure... Je sais que ce film était passé au ciné-club de minuit, celui de Patrick Brion, dans les années 1975-76. Peut-être une piste ?

Edit - History - Print - Recent Changes - Search
Page last modified on August 19, 2006, at 10:31 PM