Tokyo nord-est

Jardin Yasuda et Parc Yokoami-cho

Brasserie Asahi

Tokyo Sky-Tree

Shibamata


Le Jardin Yasuda

Au début de l'ère Meiji Zenjiro Yasuda, fondateur du groupe financier Yasuda Zaibatsu devient propriétaire de ce jardin. Il le réaménage et en fait don à la Municipalité de Tokyo.

Parc Yokoami-cho

Dans ce parc, un monument, une pagode et un petit musée évoquent deux évènements tragiques pour la ville de Tokyo et qui sont habilement rapprochés:
-Le grand tremblement de terre de 1923. Le rapport officiel publié en 1926 fait état de 580 397 bâtiments détruits et de 141 720 morts.
-Les bombardements alliés de 1942 à 1945. Les plus violents eurent lieu qui eut lieu en février et mars 1945. On estime à plus de 100 000 le nombre de victimes de ces bombardements, et à plus de 50% le nombre de bâtiments étruits, surtout par le feu.


Machines fondues lors des incendies consécutifs au tremblement de terre de 1923

Brasserie Asahi


En 1989, Philippe Starck (architecte français né en 1949), réalise, sur la rive Est de la Sumida, le bâtiment La Flamme pour la brasserie Asahi.
Cette sculpture gigantesque n'est pas appréciée des Japonais, qui l'appellent "La Crotte"


La "crotte", les immeubles de bureaux et la tour Tokyo Sky Tree


Tokyo Sky Tree


Chantier, en 2009


La tour compte 5 étages de galeries marchandes, au pied, confiées aux grands magasins Tobu

 

Tokyo Sky Tree est une tour de télévision ouverte au public

Initialement prévue pour mesurer 610 mètres, la Tokyo Sky Tree culmine finalement à 634 mètres, soit près du double de la Tour de Tokyo. Elle possède trois pieds pour une stabilité maximale et une meilleure résistance aux séismes. Sa forme à partir de la mi-hauteur est cylindrique pour une meilleure résistance aux vents. Deux plates-formes d'observation à 350 et 450 mètres offrent un large panorama sur la ville.

Le coût de son érection est estimé à 65 milliards de yens (plus de 550 millions d'euros), financé par Tobu, le groupe audiovisuel public NHK et six chaînes de TV privées. Elle permet de diffuser des émissions télé et radio en numérique sur une surface plus grande que la Tour de Tokyo, dont les émissions sont gênées par les très hauts immeubles qui ont été construits à proximité depuis 1958.

La construction de la Tokyo Sky Tree débute en juillet 2008 et s'achève le 29 février 2012. Son inauguration se déroule en avril 2012 et l'ouverture au public le 22 mai 2012.

Les tours de Tôkyô, 1924, 1958, 2011


Shibamata

Shibamata est situé au nord-est de Tokyo, dans le district de Katsushika, en bordure de l'Edogawa et à la limite du département de Chiba.
Ce centre touristique, très fréquenté en fin de semaine, est connu pour deux raisons principales, l'acteur Tora-San et le temple Shibamata Taishakuten.

Dans l'axe du temple un passeur-transbordeur perpetue une tradition ancestrale de passage de l'Edogawa. En 2009, le temple et le transbordeur ont été choisis pour figurer sur la liste des 100 paysages du Japon (ère Heisei).

Le temple Kyoeizan Daikyoji, connu sous le nom de  Shibamata Taishakuten appartient à la secte bouddhiste Nichiren. Il est censé abriter l'âme de Taishakuten et a été fondé en  1629.
Taishaku-ten (帝釈天) est le gardien du centre, le maître des 4 gardiens bouddhistes des points cardinaux, les Shi-Tenno. Il est connu en sanskrit comme Indra, ou Sakra Deva.

Koshin no HDans les temps anciens, ce temple abritait une figure (Ita Honzon) de Taishakuten, jusqu'à ce qu'elle disparaisse. Cette divinité perdue a été miraculeusement retrouvée lorsque le neuvième prêtre, Kotei Nikkyo,   a décidé de rénover le Honzon. Il l'a découverte dans le grenier, le jour de Koshin (Koshin no Hi) au printemps de la huitième année de la période An-ei (1779). C'est pourquoi la célébration du Koshin no Hi est très importante dans ce temple , et des singes, associés au culte Koshin, sont présents en sculpture autour du temple.


Le Honzon du temple Shibamata Taishakuten

Jardin et étang

Le beffroi

Kannon

Pierre ancienne et singe (Koshin)

Tora san

Tous les visiteurs admirent la statue de Tora-san (寅さん), à la sortie de la gare de Shibamata. Tora-san est le personnage récurent de films et de séries TV déclinés sur le modèle de  Otoko wa tsurai yo (男はつらいよ, « C'est dur d'être un homme »)

La série compte 48 films, a commencé en 1969 et s'est terminée en 1995. Tous les films, à l'exception du troisième et du quatrième opus, ont été réalisés par Yji Yamada. Le rôle de Torajirō Kuruma (車 寅次郎), Tora-san, a été joué dans tous les films par Kiyoshi Atsumi, sa mort en 1996 provoquant la fin de la série.

Presque tous les films ont la même histoire : Tora-San, un marchand ambulant, arrive dans une ville perdue pour vendre sa marchandise. Il rencontre une femme du coin, souvent une demoiselle en détresse, et lui demande de le trouver si jamais elle vient à Tokyo. Il rentre ensuite chez lui à Shibamata,  et se heurte à sa famille. La demoiselle vient visiter Tora-san et il tombe amoureux d'elle. Cependant, malgré ses efforts pour la séduire, elle finit avec un autre homme, ce qui lui brise le cœur. Les rôles féminins sont tenus à chaque film par une actrice différente.

Kiyoshi Atsumi (渥美清), est le nom d'acteur de  Yasuo Tadokoro (1928 - 1996). Il a commencé sa carrière comme comédien en 1951 au théâtre dans Asakusa . Il fait ses débuts à la télévision en 1956 et au cinéma en 1957. Plus tard, il devient une vedette en incarnant Tora-san série de films, de l'original Otoko wa yo tsurai en 1969 jusqu'au 48ème sorti en 1995, un an avant sa mort.

Kin no Unko

Enfin une curieuse tradition à Shibamata est la vente et la bénédiction dans le temple de petits cacas dorés, qui sont des porte-chance. Ils sont nommés Kin no Unko,  un nom qui joue sur la sonorité du mot japonais pour merde (Unko) qui commence par la même son "oun" que le mot  qui signifie «chance». Mais cette tradition est récente, et daterait seulement de 1999.


Statue de Torasan, à la sortie de la gare de Shibamata

Un des 48 films de la série 
Otoko wa tsurai yo
(男はつらいよ, « C'est dur d'être un homme »)

Serpents (2013, année du serpent) et Kin no Unko (crotte en or)